Trekking sur la montagne Kilimandjaro : préparation et itinéraires pour les randonneurs

Publié le : 07 août 20234 mins de lecture

Le mont Kilimandjaro est situé au nord-est de la Tanzanie. Chaque année, il accueille de nombreuses personnes qui gravissent ses pentes pour atteindre Uhuru, le point culminant du territoire africain à 5 895 mètres d’altitude. Pour y parvenir, ces randonneurs doivent effectuer un trek de plus de 40 kilomètres et braver près de 1 200 mètres de dénivelé positif. Il faut également compter un minimum de 9 heures de marche pour un aller-retour. Près de la moitié des participants ne sont pas arrivés au bout du voyage, principalement en raison d’un manque de préparation.

Les divers itinéraires de départ !

Avec l’agence Marco Vasco en Tanzanie, vous découvrirez 7 points de départ pour l’ascension du Kilimandjaro, dont certains sont réservés aux alpinistes expérimentés. En ce qui concerne les refuges, certains sentiers sont plus simples et mieux équipés, et les changements sont nombreux en cours de route. Selon l’itinéraire emprunté, votre condition physique et vos ambitions initiales, comptez 6 à 10 jours pour atteindre le pic Uhuru. L’ascension du Kilimandjaro est une randonnée de 40 à 45 kilomètres qui peut être effectuée toute l’année. La chaussée de Marangu est l’une des plus touristiques, car elle est l’une des plus anciennes de la région, immergée au cœur de la forêt tropicale, mais aussi la plus régulière et la plus facile à gravir. En revanche, la route Mweka est le chemin le plus direct pour atteindre le sommet du Kilimandjaro, et donc le plus raide et le plus périlleux. La voie Umbwe est considérée comme étant l’une des plus difficiles, notamment en raison de ses pentes raides.

Les préparations physiques !

De manière générale, l’ascension du Kilimandjaro ne nécessite pas de connaissances spécifiques en matière d’alpinisme, mais il est recommandé de bien se préparer votre périple africain pour éviter les éventuels désagréments physiques d’une randonnée longue et éprouvante, notamment en raison de l’impact de l’altitude sur la condition physique. En outre, il faut commencer par s’entraîner 2 à 4 mois avant le départ, avec des randonnées et des courses relativement fréquentes, en variant les distances et les vitesses. De cette façon, vos muscles et votre cœur seront mieux préparés à affronter le Kilimandjaro.

Les risques à connaître !

La barre à 4 000 mètres d’altitude a un effet sur le corps et la respiration. Plusieurs maladies peuvent survenir et il est très important de les signaler immédiatement à votre accompagnateur en montagne. Il ne sert à rien de les cacher, car vous pourriez mettre votre vie en danger. Soyez particulièrement attentif aux signes de malaise tels que saignements, vomissements, désorientation, maux de tête, insomnie, troubles visuels ou perte d’appétit, qui sont tous des signes très courants du mal aigu des montagnes. Pensez également à bien vous hydrater et à prendre régulièrement des collations tout au long de la journée.

Plan du site